Airstrip Creek (Siberia Valley)


Anthone, Tot et Flo, le 23 janvier

Nous partons pour équiper le Canyon le plus près de la piste d’atterrissage, d’où son nom. Nous avons repéré ce matin plusieurs cascades depuis l’avion.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAprès la marche habituelle d’une bonne heure et demie dru dans le pentu nous voilà à quasiment 1000 m d’altitude. Descente au font de la ravine, juste au sommet d’une belle cascade de 30 m. Nous laissons la partie supérieure, qui n’a pas l’air encaissée à de futurs motivés. Après un rapide casse-croute bien varié, fait de pain de mie, de sardine et de fromage en plastique ; nous chaussons notre matos et attaquons la descente. Nous enchainons les obstacles sans difficulté majeure. Le débit est faible, quelques dizaines de litres, et nous sommes sur le versant ensoleillé, donc bien à notre aise. Flo et Anto se relaient à l’équipement pendant que Thomas tire la topo. Puis nous inversons, histoire que tout le monde en profite.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous concluons rapidement notre petite affaire. La fin est très belle, continue et composée de beaux obstacles de 30 à 40m.

Nous rencontrons au bord de la piscine qui constitue la base du dernier obstacle un promeneur qui nous a vu descendre les cascades, intrigué par notre pratique nous échangeons quelques mots.

Puis nous rentrons tranquillement au camp de base que nous avons constitué le matin même. Sur le retour nous retrouvons Gilles et la mascotte, nous randonnons en raDernière cascadecontant nos journées respectives.

Ça commence à être pénible et monotone ces vacances en Nouvelles Zélande, car nous venons encore d’ouvrir un très beau canyon, qui serait rapidement une classique si jamais les Kiwis décidaient un jour de faire un chemin d’accès.